Déontologie

Le patrimoine est constitué des objets auxquels une société attribue une valeur artistique, historique, documentaire, esthétique, scientifique ou religieuse particulière. Ces objets, dont la valeur ne peut se réduire à leur valeur marchande, sont appelés « biens culturels ». Le conservateur-restaurateur a la responsabilité du bien culturel qui lui est confié.

déontologie

Il a pour mission la lisibilité et la conservation à long terme des œuvres d’art, au regard de leur signification esthétique et historique et de leur intégrité physique. Son intervention nécessite une connaissance approfondie de l’objet et une mise en œuvre des traitements efficaces et réversibles, dans le respect des matériaux originaux.

Chaque œuvre d’art est unique. Intervenir sur l’une d’elles relève d’une prise de conscience. Après l’examen diagnostique qui consiste en une détermination des matériaux constitutifs et de l’état de conservation du bien culturel, une identification de ses altérations, de leur nature et de leur étendue, une évaluation des causes des dégradations, une détermination du type et de l’étendue de l’intervention nécessaire à sa préservation, le conservateur-restaurateur a la responsabilité des choix qu’il opère, en concertation avec le demandeur, en terme de travaux à réaliser. Il existe trois niveaux d’intervention.

La conservation préventive consiste à agir indirectement sur le bien culturel, afin d’en retarder la détérioration ou d’en prévenir les risques d’altération en créant les conditions optimales de préservation compatibles avec son usage social. La conservation préventive s’exerce aussi lors de la manipulation, l’utilisation, le transport, le conditionnement, le stockage et l’exposition des biens culturels.

La conservation curative est une intervention directe sur le bien culturel dans le but d’en retarder l’altération.

La restauration consiste à intervenir directement sur des biens culturels endommagés ou détériorés dans le but d’en faciliter la lecture tout en respectant autant que possible leur intégrité esthétique, historique et physique.

 

Un travail de documentation autour de l’œuvre d’art confiée au restaurateur permet de garder une trace des transformations, d’expliquer les causes et les conséquences de l’intervention et d’inscrire l’œuvre d’art dans son histoire.

 ________________________________________________________________

Le conservateur-restaurateur est un spécialiste qualifié dont les compétences sont acquises par l’obtention d’un diplôme d’Etat et par une expérience professionnelle solide.

Se former tout au long de sa carrière afin de rester ouvert aux nouvelles techniques est un devoir du restaurateur-conservateur. C’est pourquoi le CRRCOA s’engage également dans la mission de formation auprès de différents publics. Il organise des conférences pour des publics avertis (association de conservateurs, amis de musées…), des interventions dans des colloques spécialisés, il publie régulièrement des articles dans des revues spécialisées (CoRé, TECHNE, Documentation Française, catalogues d’exposition ….) et dispense des cours pour des établissements universitaires (Institut National du Patrimoine, section restauration de l’Ecole des Beaux Arts de Tours, Master de Conservation Préventive de Paris I Panthéon Sorbonne et Belgrade, Ecole du Louvre, LP METI de Besançon).

ATELIERS


restauration mobilier
 

LE MOT DU PRESIDENT

 
   

CONTACT

    CRRCOA
    5a route de St Loup
    70000 VESOUL

    tel : 03 84 76 63 30
    fax : 03 84 76 87 52
    mail : crrcoa@wanadoo.fr


__________________________
Avec le concours de