PEINTURE

henner

 

 

 

 

 

 

Partenaires

Colette Vicat-Blanc, Gérard Blanc, Louise Klein, Elena Duprez, Marie Bégué, Julie Sutter, Christian Vibert

 

Ce secteur prend en charge le traitement des supports de toile :

  • traitement des déchirures et des perforations :
    • collage bord à bord
    • réalisation d’incrustations
    • pose de renforts non contraignants
  • résorption des déformations (godets, ondulations, enfoncements, etc.) :
    • pose de bandes de tension
    • mise en extension
    • traitement sur table chauffante à basse pression
    • réalisation de chambre humide
  • reprise de rentoilage et doublage thermoplastique

Les interventions de conservation curative suivantes sont également réalisées :

  • dépoussiérage des revers avec élimination des scrupules
  • nettoyage des châssis en respectant les inscriptions, cachets et marques éventuels
  • stabilisation et conditionnement d’étiquettes fragiles
  • Vérification, remplacement et sécurisation des clés de châssis
  • Amélioration et ajustement de la tension des toiles
  • Stabilisation de bord de tension détachés ou fragilisés
  • Pose de dos protecteurs (doublage aveugle, camilining, dos protecteurs rigides)

Pour les interventions concernant la couche picturale :

  • refixage ponctuel ou fondamental
  • décrassage superficiel et dégagement de salissures ponctuelles (projections, déjections d’insectes ou d’oiseaux, etc.)
  • allègement des vernis
  • dégagement des restaurations antérieures altérées, débordantes et/ou disgracieuses
  • comblement de lacunes par masticage
  • réintégration des lacunes :
    • retouches illusionnistes
    • techniques visibles (tratteggio, tratteggio modulé, pointillisme, aplats)

 

Ce secteur intervient sur les peintures de chevalet de supports variés (toile, bois ou dérivés, papier, carton, plaque de métal, etc.). Les œuvres de grand format sont également prises en charge en atelier ou in situ, selon la nature et la faisabilité des interventions préconisées. Ces pièces de grandes dimensions peuvent être des peintures intégrées aux retables, des toiles marouflées sur les parois d’un édifice, des fonds de studio photographique, des décors de théâtre, etc.

D’autres œuvres à caractère spécifique telles que bannières, enseignes, éléments de mobilier sont également traitées en collaboration avec les autres secteurs d’activité du centre de restauration.

L’examen, le diagnostic et le traitement proposé qui en découle prennent en compte les composantes principales de l’œuvre peinte :

La structure portante (châssis, cadre, planche ou parquet, etc.)

Elle confère stabilité, rigidité et maintien aux supports flexibles. Bien qu’élément dissocié de l’œuvre peinte elle-même, il est indispensable à la bonne conservation de celle-ci. Une structure portante inadéquate ou en mauvais état peut contribuer à la dégradation de l’œuvre.

Il est parfois nécessaire de consolider, modifier ou remplacer cet élément structurel.

 

Désinsectisation par voie liquide sur le châssis d'une oeuvre de grand format (COMMERCY - Eglise Saint-Pantaléon, La Résurrection - juillet 2009) et Doublage thermoplastique sur table chauffante à basse pression (DAMPVALLEY-LES-COLOMBES - Eglise Saint-Laurent, Le Baptême du Christ - mars-avril 2010)

Désinsectisation par voie liquide sur le châssis d’une oeuvre de grand format
COMMERCY – Eglise Saint-Pantaléon, La Résurrection
et
Doublage thermoplastique sur table chauffante à basse pression
DAMPVALLEY-LES-COLOMBES – Eglise Saint-Laurent, Le Baptême du Christ

 

Le support

Le secteur de la restauration des peintures se charge d’intervenir sur les supports de toile. Les interventions sur les panneaux de bois seront, quant à elles, prises en charge par le secteur du mobilier.

L’examen de la toile visera à déterminer sa résistance mécanique, la qualité de sa tension et de son maintien sur la structure portante, son état sanitaire (empoussièrement, attaques biologiques). Ces constatations permettront d’apprécier la nécessité d’interventions ponctuelles (pose de renforts non contraignants à l’endroit de déchirures, réalisation d’incrustations pour le comblement de lacunes, traitement ponctuel humide pour la reprise de déformations, …) ou bien, dans les cas de dégradations plus sévères, de préconiser des interventions fondamentales (démontage hors châssis et mise en extension des toiles déformées, doublage des toiles mécaniquement trop faibles, vaporisations antifongiques pour les toiles infestées, …).

La couche picturale

Le constat d’état de conservation de l’œuvre englobera également l’évaluation de la couche picturale (y compris encollage, préparation, apprêts et autres couches sous-jacentes). Il s’agira de déterminer en premier lieu son degré de stabilité, en repérant toute anomalie de cohésion ou d’adhérence (pulvérulences, craquelures aux lèvres saillantes, déplaquages, écailles). Seront ensuite évalués :

  • la présence d’un encrassement superficiel et de salissures ponctuelles ;
  • le degré d’oxydation et d’opacification des vernis (jaunissement, chanci) ;
  • l’ampleur et la localisation des lacunes anciennes et récentes ;
  • l’existence et la qualité des restaurations antérieures (mastics, repeints, retouches).

Ce diagnostic permettra d’envisager la pertinence et la nécessité d’interventions telles que : refixage préalable des zones fragiles, décrassage superficiel, allègement des vernis, dégagement des restaurations antérieures disgracieuses ou altérées, masticage et réintégration des lacunes.

Les techniques de réintégration sont choisies selon la nature de l’œuvre traitée, la surface et la situation des lacunes, le niveau de restitution souhaité. Elles peuvent être illusionnistes ou visibles (tratteggio, pointillisme, aplats).

 

MULHOUSE - Musée des Beaux-Arts Auguste ZWILLER, Les nymphes d'Alsace viennent rendre un dernier hommage au tombeau de J.J. Henner  Huile sur toile

MULHOUSE – Musée des Beaux-Arts
Auguste ZWILLER, Les nymphes d’Alsace viennent rendre un dernier hommage au tombeau de J.J. Henner, Huile sur toile

 

Outre le traitement de conservation-restauration des œuvres, le champ des compétences du secteur Peinture s’étend aussi à :

  • la documentation et la photographie des œuvres ;
  • la participation à des missions d’évaluation de collections au sein d’institutions muséales ;
  • la rédaction de cahiers des charges et d’études préalables ;
  • la formation de stagiaires et l’encadrement de personnels ;
  • l’organisation de transports d’œuvres et d’opérations d’accrochage / de décrochage

 

Réalisation de prise de vue photographique et Opération de décrochage d'une oeuvre  MOREZ - Hôtel de Ville Céline de GONZALVA - Dante et Virgile Huile sur toile

Réalisation de prise de vue photographique
et
Opération de décrochage d’une oeuvre
MOREZ – Hôtel de Ville, Céline de GONZALVA – Dante et Virgile – Huile sur toile

 

Etude préalable des décors peints du plafond du Palais de Justice de Besançon et Opérations d'accrochage d'une oeuvre MOREZ - Hôtel de Ville  Maurice LECLERCQ - Femmes d'Alger Huile sur toile

Etude préalable des décors peints du plafond du Palais de Justice de Besançon
et
Opérations d’accrochage d’une oeuvre
MOREZ – Hôtel de Ville – Maurice LECLERCQ – Femmes d’Alger – Huile sur toile

 

Les équipements spécifiques

Le département des peintures dispose d’une table chauffante à basse pression, construite sur mesure en 2005 par Chassitech®, société spécialisée dans le matériel et l’équipement pour la restauration des œuvres d’art. Cette table mesure 300 x 200 cm. C’est un équipement primordial car il facilite et optimise le traitement des supports de toile. Il permet en effet l’action combinée de la chaleur et de la pression pour les opérations telles que :

  • le doublage des toiles (y compris de grand format) ;
  • le refixage généralisé de couches picturales fragiles par régénération de l’adhésif à la chaleur ;
  • le traitement de remise dans le plan de déformations de la toile ;
  • l’atténuation des réseaux de craquelures aux lèvres saillantes.

L’utilisation de structures modulables pour la mise en extension des toiles (bâtis d’extension Bal II® et Ministretcher® de la société Chassitech® et bâtis en bois fabriqués dans nos locaux par le secteur Mobilier) est également un atout pour le traitement des supports de toile.

Comme dans les autres ateliers, une attention particulière a été apportée à l’équipement concernant la protection contre les vapeurs nocives des solvants qui sont utilisés très fréquemment. Le risque toxicologique est en effet un risque professionnel important qu’il faut essayer de réduire au maximum.

A ce titre, sont installés :

  • des armoires à solvants ventilées
  • des extracteurs de vapeurs sous la forme de « bras aspirants » ;
  • une salle dédiée aux opérations polluantes avec extracteur puissant en plafonnier ;
  • une sorbonne pour les opérations polluantes sur petits et moyens formats et pour la préparation des mélanges toxiques.

ATELIERS


restauration mobilier
 

LE MOT DU PRESIDENT

 
   

CONTACT

    CRRCOA
    5a route de St Loup
    70000 VESOUL

    tel : 03 84 76 63 30
    fax : 03 84 76 87 52
    mail : crrcoa@wanadoo.fr


__________________________
Avec le concours de